NOUS CONTACTER

 

26 avril 2017

Paris - 15:41

GMT +1

Météo du monde

Horloge parlante

Etats-Unis


 

 

La France en Amérique

 

Conçu en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, La France en Amérique  / France in America est une bibliothèque numérique bilingue de la Bibliothèque du Congrès. Elle explore l’histoire de la présence française en Amérique du Nord des premières décennies du XVIe siècle à la fin du XIXe siècle.

Accéder au site

 

 

Les Français à New York durant la Seconde Guerre mondiale

 

Sur Canal Académie, Axel Maugey évoque l'affluence de célèbres Français (René Clair, Michèle Morgan, Jean Gabin, André Breton, Camille Chautemps...) réfugiés aux États-Unis et notamment à New-York à partir de 1940.
On y apprend qu' Antoine Saint-Exupéry écrit "Le petit prince" à New-York et que
42 restaurants français y seront créés pendant la guerre !
Les faits relatés proviennent du livre du Ronald Creagh "Nos cousins d'Amérique" (éditions Payot)

Accéder au site

 

 

 

Ile Maurice


 

 

Le débarquement de Guillaume Dufresne à l'île de France en 1715

 

Discours prononcé par Thierry Le Breton, le 19 septembre 2009, au cours d'une cérémonie commémorant le débarquement de Guillaume Dufresne à l'île de France en 1715.

"Le 20 septembre 1715 voit l’arrivée de Guillaume Dufresne d’Arsel sur le sol Mauricien, avant que celui-ci ne regagne son point de départ au sein de la colonie française grandissante à Bourbon. Si 1715 reste la date symbolique de l’arrivée de la présence française à Maurice, 1721 en revanche représente celle du début d’une histoire de civilisation sur le sol mauricien avec l’arrivée des premiers résidents.

C’est justement cela qui distingue l’arrivée française des autres débarquements de l’histoire de Maurice, c’est que le débarquement français marque le début historique d’une civilisation mauricienne ininterrompue depuis bientôt 300 ans. Sur cette période, un peu moins de 100 ans se sont déroulés sous autorité française, et c’est pourtant sur le socle francophone que s’articule le métissage et la construction de l’identité mauricienne. C’est sans doute pour cela que le français joue encore le rôle qu’il a à Maurice et aussi parce qu’il est le creuset au sein duquel s’est forgé le créole.

Depuis quelques décennies, les études linguistiques et sociologiques valident les créoles comme de véritables langues puisqu’elles sont transmises comme des langues maternelles, avec une structure stable. Mais comme toute chose sous le ciel, les créoles ont toute une origine historique et s’agissant du créole mauricien, il naît d’un difficile rapport avec le français. Il est d’ailleurs probable que les premiers habitants arrivant de Bourbon où ils sont déjà installés depuis une cinquantaine d’années à partir d’origine diverse, emmène avec eux un créole de première génération sur lequel se construira le créole mauricien. Cette proximité des créoles de l’Océan Indien tient de ce qu’ils se soient stabilisés dès la fin du XVIIIème siècle, encore sous occupation française. Le créole évoluera peu ultérieurement. On le voit à la faible influence qu’ont eu les langues anglaises et indiennes. Certes, elles ont enrichi le vocabulaire, mais sans modifier les structures de la langue.

Je voudrais citer ici ce que dit Edouard Maunick en parlant de son œuvre : « J’écris tout cela à ma manière, en français. Dans une langue à laquelle j’ai droit en vertu du créole dont elle est le silo. (…) Peu importe si je l’ensauvage ou si je la civilise autrement, elle est à jamais ma grande permission. »

On dit souvent que la cause du maintien du français à Maurice tient à l’article 8 du traité signé lors de la prise de possession de l’île par les Anglais en 1810. Il s’agit de l’article qui proposait de conserver la culture et les coutumes des habitants locaux. Mais une permission juridique ne suffit pas, en soi, pour construire des éléments de culture ou de civilisation. Il faut que ceux-ci soient déjà, au préalable, bien enracinés dans un terreau toujours renouvelé et fertilisé comme nous le verrons plus tard.

Ce n’est donc pas le rapport entre le Français et la culture qui m’intéresse ici mais bien plus, du rapport entre la langue et l’instauration d’une civilisation ou encore, en d’autres mots, de repérer le français comme étant l’un des agents de la civilisation mauricienne.

Je voudrais ici attirer votre attention sur une erreur trop souvent faite à l’idée qu’une langue est un des éléments d’une culture. Un produit culturel en somme. En fait, une langue est bien plus que cela, elle est un mode de relation au réel, elle est ce qui permet l’existence de la pensée, elle est capacité de culture.

La langue en effet permet de nommer les choses et, ce faisant, de les distinguer. Elle est substantiellement une forme permanente d’analyse. On peut donc déduire qu’une langue peut implicitement éduquer ceux qui l’utilisent à fonctionner (si l’on peut dire) selon son style.

Je suis, en gros en train de dire que le français a joué un rôle important dans la construction d’un mauricianisme, pas seulement dans l’idée d’un apport culturel mais aussi dans la manière d’être mauricien. Elle est la langue qui en édicte les règles et qui construit les relations dans le cadre de l’interculturel et dans la construction de la diversité.

Ca peut paraître un peu présomptueux de le dire comme ça dans un discours, mais voyons un peu de plus près et laissez-moi citer ici Léopold Sédar Senghor :

« Au moment que, par totalisation et socialisation, se construit la Civilisation de l'Universel, il est, d'un mot, question de nous servir de ce merveilleux outil, trouvé dans les décombres du Régime colonial. De cet outil qu'est la langue française.
La Francophonie, c'est cet Humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre : cette symbiose des "énergies dormantes" de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire. "La France, me disait un délégué du F.L.N., c'est vous, c'est moi : c'est la Culture française". Renversons la proposition pour être complets : la Négritude, l'Arabisme, c'est aussi vous, Français de l'Hexagone. Nos valeurs font battre, maintenant, les livres que vous lisez, la langue que vous parlez : le français, Soleil qui brille hors de l'Hexagone ».

Ce qui peut être dit à ce sujet en Martinique peut aussi se dire dans une certaine mesure à Maurice.

L’administration anglaise qui débute en 1810 ne met donc pas fin à cette culture française qui continuera d’évoluer de façon multiple, sous différentes formes, visibles ou invisibles, politique ou sociale, élitiste ou populaire.

Ainsi par exemple, dans les années qui suivent la prise de possession anglaise, le peuple souffrant va orienter ses espoirs vers la nouvelle administration qui manifeste une volonté réelle d’abolir l’esclavage le plus tôt possible. Il faut reconnaître que la culture française et l’usage du français devient alors plus que jamais l’étendard de ralliement pour les colons d’origine française. A cette lutte qui va les opposer à l’administration anglaise pour la préservation de leurs intérêts économiques se mêlera tout ensemble une querelle d’identité. C’est le début du journalisme à Maurice qui implique dès le départ des confrontations d’idées, souvent des oppositions farouches et des réflexions sur l’avenir de la société mauricienne mais qui se font toujours dans la langue française. C’est l’époque de la fondation du Cernéen par Adrien d’Epinay, en 1832, qui fut l’un des premiers quotidiens au monde, et qui fut aussi un journal francophone en terre anglaise. Ce qui n’est pas anodin. Mais face à lui, c’est aussi la fondation de la Balance par Berquin et Rémy Ollier, qui deviendra plus tard la Sentinelle ou encore la fondation du Mauricien de Eugène Leclézio. Cela allait soutenir pour longtemps une émulation littéraire francophone qui se fera comme en parallèle de la présence anglaise. On verra ainsi apparaître des écrivains d’envergure qui seront des fils du sol, Léoville L’Homme, Edouard Laurent, avant d’arriver à Auguste Enouf, Robert Edouard Hart ou Malcolm de Chazal.

 

L’éducation aussi y joua un rôle important. La première école fut fondée dans les années 1770 par l’abbé Challan et 8 ans plus tard ce sera l’abbé Quinlan qui fondera le collège Royal de Port Louis. A partir de 1811 l’administration anglaise souhaitera une diffusion plus large de l’instruction. Ce sera une des tâches du Révérend Jean Lebrun, arrivé à Maurice en 1814. 25 écoles furent ainsi mises sur pied dans les années qui suivront. L’Eglise Catholique sentit alors la nécessité de redynamiser son offre éducative. En 1841 les sœurs de Lorette arrivent et ces religieuses irlandaises fondèrent en 1847 le premier collège des filles à Port Louis, un deuxième à Curepipe en 1870. Une autre vague d’écoles privées s’établira dans les années 1930 avec des écoles comme New Eton, Bhujoarry, Impérial, etc.

Dans toutes ces institutions le français reste une langue enseignée avec rigueur et la culture francophone demeure.

Après l’abolition de l’esclavage, la nation mauricienne s’enrichit d’un apport plus important d’immigrés d’origine indienne. Nous le savons, ce sont en grande majorité des travailleurs engagés dans le cadre d’accords passés entre les administrations anglaises, basées à Maurice et en Inde, et réclamés par les propriétaires mauriciens pour venir travailler dans les champs sucriers qui étaient alors en pleine expansion. Ce régime de l’engagisme prendra fin au début du XXème siècle et déjà quelques uns de ceux qui naissent à Maurice commencent à bénéficier de cette éducation. Dans les années 40 et 50, on verra dans la communauté indienne naître un attachement à la langue française. C’est peut être parce que l’usage du français a longtemps été, et l’est encore aujourd’hui, un signe de mobilité sociale et de réussite économique pour des personnes qui ont beaucoup souffert. Mais il y a aussi une autre raison qui me semble très importante, c’est que, dans une Ile Maurice qui n’est pas encore indépendante, l’usage du français est un signe de distinction par rapport à l’administration coloniale anglaise. Pouvoir parler français, c’est pouvoir parler aussi les autres langues qui sont sur le sol mauricien. L’usage du français pendant cette période devient l’expression du droit à la diversité. C’est, je crois ce que veux dire Kher Jagathsing quand il écrit en 1954 pour le maintien de l’enseignement du français et déclare être fier de parler français mais ne pas être moins fier de parler sa langue maternelle, qu’elle soit l’Hindi, l’Ourdou, le Tamil ou le Telegu.

 

Au terme de ce parcours, il est étonnant de constater aujourd’hui la jeunesse, le dynamisme et l’inspiration de la littérature francophone mauricienne. Plus étonnant encore est de voir le succès qu’elle a en France, que ce soit à travers leur présence dans les salons, les prix littéraires, les romans qui sont montés en pièce de théâtre, etc.

Le Français s’est inscrit peu à peu à Maurice comme une langue de l’exigence, de la résistance et de la différenciation comme une alternative à l’uniformité. Mais ça c’est moi qui veut le voir sans doute. Pourtant c’est bien la langue privilégiée des écrivains mauriciens et elle s’associe pleinement à leur œuvre de création. Et pourquoi donc écrire si ce n’est pour résister, pour vivre. La place du français dans l’art mauricien est indéniable et il est en cela synonyme d’une exigence d’une qualité qui veut durer.

La francophonie semble donc toujours déjà là, inscrite dans les murs. Les rapports qui sont entretenus avec elle sont multiples et multiformes, dans une tension qui oscille constamment entre l’attraction et la répulsion. Elle est une séductrice admirée, et pouvoir la pratiquer apparaît comme un privilège à condition uniquement de la bien parler. De nombreux mauriciens craignent souvent que la moindre faute de langage sera tout de suite relevée et raillée alors que dans les autres langue ce type d’erreur est bien plus facilement toléré. C’est une perception malheureuse.  

Le français est toujours déjà là, même dans son absence, comme la trace est la marque de l’absence du pas (pensez y). Un ami étranger s’étonnait dernièrement que sur les billets de banque il y ait des inscriptions en anglais, en hindi et en tamoul, mais pas en français. Je me suis entendu lui répondre que je n’étais pas sûr si c’était nécessaire au fond. Comme si son absence était tout autant révélatrice. Il me semblait alors que la francophonie était ce socle qui permettait à toutes les particularités d’exister dans leur diversité. On pourrait donc dire en somme qu’il y a des francophonies à Maurice.

Alors aujourd’hui que reste-t-il de 1715 ? Je crois que c’est dans cette direction qu’il faut chercher plutôt que dans ce qui est consommé de fromage ou de vin.

Maintenant ai-je la prétention de dire qu’il y a dans le mauricianisme des aspects qui relèvent structurellement de la francophonie. Au regard de ce qui a été dit plus haut, on répondra oui. Est-ce que pour autant cela garantit la pérennité de l’usage du français. Cela n’est pas automatique. Suite à ce qui a été dit, nous voyons qu’il peut y avoir des enjeux hautement politiques dans l’usage d’une langue puisqu’elle est l’agent structurant d’une communauté et, dans une certaine mesure, de son action.

Spéculons maintenant, l’usage du français se maintiendra-t-il dans un avenir même lointain ? J’ose croire que la francophonie a introduit dans le comportement du Mauricien suffisamment d’esprit de résistance et de combativité pour que cela soit le cas.

Bien sûr, nous comptons aussi sur le soutien toujours fidèle de la France à ce jour. Nous espérons aussi que cette passionnante Europe qui se construit n’enlèvera pas pour autant la relation très particulière de la France avec Maurice.

Mais indépendamment de tout cela, ce qui me rassure surtout, c’est que nous revenons toujours à l’usage du français par attachement, par affection. Et cela est certainement la meilleure des garanties pour que soit préservé dans l’âme mauricienne un certain culot, une certaine impertinence, un peu comme le Gavroche de Victor Hugo peut être ?

En tout cas, aussi loin que nous ayons été, nous nous souvenons aujourd’hui que tout a commencé un certain jour de septembre, en 1715."

 

 

 

Inde


 

 

La présence française en Inde au milieu du XVIII° siècle

 

Jean-Yves Le Lan publie le fac simile d'un mémoire sur la situation des Anglais et des Français en Inde au milieu du XVIII° siècle, transcription d’un manuscrit détenu parle Service Historique de la Défense – département Marine à Lorient sous la cote 1 P 279 liasse 19.
Il comprend 32 feuillets d’une écriture dense. Il a été écrit à Pondichéry et est daté du 15 novembre 1759, mais il ne comporte pas de signature permettant d’identifier avec certitude l’auteur.

Accéder au site

 

 

 

Mexique


 

 

Racines françaises au Mexique

 

Radio France International interview Minouche Suberville, représentante des Français du Mexique à l'Assemblée des Français de l'Etranger, qui a créé une association, Racines françaises au Mexique, qui a entrepris de rassembler les Français du Mexique estimés à quelque 30 000 personnes dont 80% de binationaux.
L'instauration de la double nationalité, il y a cinq ans, favorise le retour aux sources françaises.
Et l'initiative de Minouche pourrait inspirer d'autres communautés françaises de par le monde.

Accéder au site

 

 

 

 
   

© 2009 RACINES FRANCE

plan du site |

écrire